Archives pour la catégorie Uncategorized

Lecture dans « Hooked » : La démarche pour rendre accros des Appli Smartphone

La psychologie de la dépendance, appliquée aux Applis

Être « accroc » a son téléphone est ce qui nous prend des fois d’ouvrir spontanément son téléphone et passer y plusieurs minutes sans y être invités ou avoir un objectif précis. Ou comme dit l’auteur, c’est ce qui conduit certains à regarder leur Smartphone le matin avant de dire bonjour à leurs bien-aimés.

Réussir à mettre l’utilisateur dans cet état est pour les éditeurs d’application un Graal procurant divers avantages dont la fidélité et la propension plus élevée à payer des services. Ce livre analyse cet état de dépendance vis à vis des applications en faisant référence à des recherches en psychologie, ethnologie … pour aller chercher au plus profond de la psychologie humaine et de ses prédispositions génétiques comment le rendre accroc.

Se voulant comme guide pour les Startup Technologiques, le livre définit et détaille un modèle simple appelé le « Hook Model » (Le modèle du crochet ou de l’hameçon)  qui est un cycle d’activité sensé faire naitre le comportement Accroc chez l’utilisateur. Il montre ainsi plusieurs exemple sur comment 7des applications et des jeux vidéos sont conçus pour rendre accroc et comment nous tombons dans le piège. Reconnaissant que ll’approche est à limite entre le Design et la Manipulation, l’auteur propose une chapitre pour pour réfléchir sur l’éthique de la démarche.

Ce livre peut se lire sous l’angle d’apprendre comment concevoir des applications Smartphone qui rendent accroc, mais il est plus riche à lire sous un autre angle : Celui de mieux nous connaitre et connaître comment, inconsciemment, nous interagissons avec la technologies et nous développons de nouvelles habitudes. A nous d’en faire des habitudes positives ou négatives. 

Le Modèle de l’Hameçon (Hook Model)

Naturellement, certains déclencheurs provoquent des réactions de notre part : Quand le téléphone sonne nous régissons en répondant à l’appel. Ce genre de déclancheurs sont appelés des déclencheurs externes  (external Triggers). 

Les entreprises qui souhaitent rendre une application addictive cherchent à associer l’utilisation de leur application à déclancheurs internes, souvent inconsients. Par exemple:

Crainte d’oublier une tache ou une idée     Noter dans Evernote  
Peur de laisser fuir l’instant présent  Prendre une photo instagram
Besoin de lien social
Ouvrir facebook

Le modèle de l’hameçon est un cycle en 4 etapes qu’une application va faire parcourir à l’utilisateur un certain nombre de fois pour associer le déclencheur interne voulu à l’utilisation de l’application, comme une sorte d’entrainement  C’est étapes sont : 

  1. Tout d’abord le déclencheur qui est en un premier temps externe : sonnerie, reception d’e-mail … Le but étant qu’il devienne interne à un moment. Le livre donne l’exemple de cette application de gestion de tâches qui détecte les réuni nos de l’utilisateur dans son agenda. Elle lui envoie, en fin de réunion un message pour lui proposer de notre ses idées et tâches. Pourquoi ? Parce que, en fin d’une réunion riche on sent le besoin d’organiser des tâches et des idées, avec une crainte de rater des points importants. C’est cette émotion que l’éditeur de l:’application veut connecter à son application. Au bout d’un certain nombre de répétition l’utilisateur sera conditionné à ouvrir l’application à chaque fois qu’il se sent confus.
  2. Ensuite viens le temps de l’action.
  3. Ensuite l’action donne lieu à une récompense (Reward ). Cette partie se base sur les études menées en neurologie et psychologie sur l’addiction, notamment aux jeux d’argent. En résumé. Ce qui provoque l’efusion d’hormones du plaisir dans le cerveau n’est pas l’obtention d’un objet désiré mais l’attente impatiente de cet objet. Provoquer de façon reccurente une telle sensation crée un comportement addictif. Si l’action donnait lieu en permanence à la même récompense, l’utilisateur s’habitue et n’a plus cette attente de la récompense. Par contre il suffit que cette récompense soit rendue aléatoire pour que le comportement addictif commence à se mettre en place. Par exemple :  quand on ouvre sa boîte mail on ne sait pas combien de nouveaux mails on a, qui nous a écrit . ..
  4. Ensuite vientviens la phase d’investissement

Pour boucler la boucle un nouveau déclencheur doit amener l’utilisateur refaire un cycle action/recompense/investissement . 

Introduction à Running Lean : une méthode pour lancer sa Startup

Il existe plusieurs guides du type « comment faire une étude de marché », pour les Startups ces méthodes sont inadaptées et se transforment rapidement en méthode pour produire de la paprasse pour faire plaisir aux partenaires et investisseurs.
Les méthodes du Lean Startup et Running Lean en particulier se positionnent à l’opposé : c’est des démarches spécifiquement adaptées aux Startups conscientes que leur existence se justifie principalement par leur capacité à apporter des réponses pertinentes à des problèmes que vivent leurs clients.

Running Lean

Basée sur les pratiques du Lean Startup, la méthode Running Lean a été inventée et développée par Ash Maurya. Alors que les méthodes d’étude de marché pré-supposent que le produit est déjà défini, Running Lean met les entrepreneurs dans une démarche d’apprentissage qui développe leur produit en parallèle du développement de leur connaissance du marché.

Le challenge d’une startup

Le succès selon Running Lean est de :

« Réussir à trouver un business qui fonctionne avant d’épuiser ses ressource »

Or l’e-commerce existait bien avant Amazon, le webmail bien avant Gmail et les réseaux sociaux bien avant Facebook ce n’est donc ni la technologie ni l’idée qui fait le succès d’une startup mais autre chose.
Appliquer Running Lean commence donc par se rendre compte de cette réalité et de se mettre à la recherche de ce « business qui fonctionne ».

Tout entrepreneur honnête est dès le départ convaincu qu’il a une bonne solution, avantageuse pour ses utilisateurs, mais ceci n’est malheureusement pas la condition d’un « business qui fonctionne ». La condition d’un « business qui fonctionne » est que suffisamment d’utilisateurs soient prêts à payer un prix convenable pour la solution proposée, cela nécessite que la solution résolve un problème qui « compte » pour l’utilisateur. D’ou la première Phase du développement d’une startup : le Problem / Solution fit.

Les phases de développement d’une startup selon Running Lean

La vie d’une Startup est découpée en 3 phases, à chaque phase l’entrepreneur concentre ses efforts sur un aspect différent de son entreprise :

  • Phase 1, « Problem/Solution fit » : La correspondance entre la solution qu’on souhaite apporter et les problèmes que vivent les clients supposés : est-ce que ce qu’on propose permet aux utilisateurs de résoudre un problème qui compte pour eux ?
  • Phase 2, « Product/Market fit » : La correspondance entre le produit et le marché : mes clients sont il prêts à utiliser ma solution dans des conditions financières acceptables pour moi ?. Lors de cette phase on cherche notamment à découvrir à quel point les utilisateurs sont prêts à payer un prix pour la solution.
  • Phase 3, « Scaling »: Le développement, c’est à dire mettre en place le nécessaire pour « vendre la solution en masse ».

Par exemple : Les méthodes d’étude de marché se concentrent sur des études quantitatives. Pour Running Lean, cette activité n’est pertinente qu’en fin de Phase 2 et en préparation de la Phase 3: il est trop risqué d’investir du temps et de l’argent sur des études de ce type avant d’avoir muri la reflexion sur la pertinence de sa solution et la viabilité de son produit.

La démarche d’apprentissage continu

80% des produits nouveaux échouent. Running Lean se base donc sur le principe que l’on va forcement se tromper au départ, de fait « quit a se tromper, autant se tromper les plutôt possible ». Aussi une démarche concrète de test est systématiquement présente à chaque étape :

  1. On écrit ses idées et hypothèses (en moins de 20 minutes en général)
  2. On identifie parmi ces point ce qui est flou ou simple supposition.
  3. On met en place le nécessaire pour le tester.
  4. On reboucle sur l’étape 1.

Pour permettre de rapidement décrire les aspects clé des idées de produit, Ash Maurya a conçu un tableau dérivé du Business Model Canvas qu’il a appelé Lean Canvas. Sur le lean canvas les aspects aussi bien stratégiques, techniques que commerciaux sont notés et en fonction de la Phase de développement de la startup, les tests se concentrerons certaines cases plutôt que d’autres.

Un avis sur la méthode

Il ne faut pas se tromper : le succès ne dépends pas d’une méthode, aussi rigoureux soit-on à l’appliquer, en contre partie, le succès se donne rarement à ceux qui ne se remettent pas en question et qui ne se mettent pas en posture d’apprendre de l’expérience des autres. Donc comme toujours : il faut lire le livre, il y a des choses intéressantes, se retrousser les manches, et tracer son propre chemin.

Au Startup Weekend HEC du 2 Mai : ça vaut le coups d’être Startuper « technique »

Le concept est génial, l’ambiance aussi, le slogan : « Not Talks Just Action » est bien appliqué, de l’excellent team-building, reste la motivation pour poursuivre ….

En pratique, c’est un weekend ou on sélectionne le vendredi soir des idées. Puis on forme des équipes qui, accompagnées par des coachs, vont travailler le long du weekend et présenter le dimanche soir devant un jury d’entrepreneurs et d’investisseurs.

C’est un excellent moyen de travailler avec une équipe pendant un week-end pour non pas connaitre les ‘CV des gens’ mais bien voir l’équipe et les personnalités fonctionnent bien ensemble. Ceci dit, pour le coups.

Un point d’étonnement tout de même, pour quelq’un issu d’un milieu « technique » : les personnes capables de mettre en oeuvre, techniquement, les innovations imaginées (dits développeurs dans le StartupWeekend) sont rares et recherchées, contrairement à ce qu’on peut s’imaginer !

Une dernière note : en fin de partie, les projets qui ont eu les meilleures places du jury ont finalement été des projets portés par des « développeurs » et qui avaient un certain avancement technique concrêt … à méditer …

Les développeurs amateurs de plus en plus nombreux selon l’IDC, ils représenteraient actuellement presque 40 % des développeurs

C ‘est plutôt une bonne nouvelle, le concept d’école comme l’Ecole Simplon fait donc sens, Reste quel pourcentage de passionnés et quel pourcentage d ‘opportunistes ….

http://www.developpez.com/actu/66593/Les-developpeurs-amateurs-de-plus-en-plus-nombreux-selon-l-IDC-ils-representeraient-actuellement-presque-40-des-developpeurs/